Pauvre Finkielkraut (misère de la vie d’intellectuel)

C’est arrivé à Finkielkraut, mais ça aurait pu arriver à n’importe quel habitué des plateaux télévisés : développer pendant plusieurs minutes une idée totalement débile et vide de sens. Voici la vidéo :

 

Mais je ne suis pas ici pour accabler ce pauvre type. Au contraire, je ne vais même pas commenter le contenu de son discours. Sur ce thème, personnellement, s’il y a une chose qui m’a choqué, c’est qu’on ait mis en avant que Londres avait élu un maire musulman. En revanche j’ignorais totalement que son adversaire était juif… A ma connaissance aucun des médias que j’ai l’habitude de consulter n’a mentionné ce fait.

Revenons au sujet. Le sujet, c’est la lamentable qualité des prestations dont peuvent se rendre coupable, parfois (souvent),  des intellectuels comme Finkielkraut.

C’est assez surprenant car, que l’on aime ou pas l’homme ou bien ses idées, il est d’un bon niveau, cultivé, capable d’argumenter et de penser… bref, on n’est pas en face d’un journaliste ou d’un chroniqueur de base.

Pour essayer de comprendre, mettons-nous un instant à sa place : tu gagnes (confortablement, j’espère) ta vie en vendant tes idées et tes bouquins. Tu as besoin de la télé et de la radio pour que les gens te connaissent, et qu’ils aient l’occasion de te trouver intéressant. Pour cela il faut que tu sois invité, donc que tu sois un “bon client”, qui fasse de l’audience. Pour cela, il vaut mieux avoir toujours un truc un peu spectaculaire et frappant à raconter. Ca passe mieux. Alors tu te creuses à chaque fois pour réussir ton petit numéro devant les micros ou les caméras.

Si tu es un peu brillant, ça se passe généralement pas trop mal.  Mais des fois, vraiment, t’es à court d’idées alors tu prends la première qui te traverse l’esprit. Et là, tu n’es plus à l’abri de te ridiculiser. Un passage à vide, un petit manque de recul, et hop ! Tu tombes dans le piège, et tu te couvres toi-même de pipi.

Pauvre Finkielkraut !